Traitement en cour, merci de patienter...
Traitement en cour, merci de patienter...
Saut de ligne
Image
RES MILITARIS - Revue européenne d'études militaires - European Journal of Military Studies
Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Search this journal
Recherche
Saut de ligne
Séparateur

Current issue
Numéro en cours

Image
Séparateur

Access previous issues
Archives

Image
Séparateur

RES MILITARIS

Image
Séparateur

E-mail alerts

If you wish to be notified of the next issue of Res Militaris as soon as it comes on line, please specify your e-mail address.
Image
Image
Saut de ligne

Alerte

Soyez informé dès la parution d'un nouveau numéro de Res Militaris.
Image
Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Séparateur

RSS feeds - Flux de syndication

Image
Image
Séparateur

For potential contributors - Instructions aux contributeurs potentiels

Image
Séparateur
Image
Logo GSG
The Geneva School of Governance
Image
Saut de ligne

ISSN° 2265-6294

Saut de ligne
Saut de ligne
RES MILITARIS - Revue européenne d'études militaires
Saut de ligne
RES MILITARIS - European Journal of Military Studies
Image
© artSILENSEcom - Fotolia.com
ISSN° 2265-6294
Saut de ligne
Ergomas
Image
Apart from its regular offerings, Res Militaris publishes special thematic issues at the pace of one, two ot three a year. On that basis, the journal notably carries articles by Fellows of the European Research Group on the Military and Society (ERGOMAS), thus serving as that association's official publication vehicle.
Image
Res Militaris is a bilingual (English, French), on-line social science journal dedicated to the study of military- and security-related issues, broadly defined. It is made possible in part by generous support from the Geneva School of Governance.
Image
Image
Saut de ligne
Res Militaris est une revue en ligne bilingue (anglais, français) de sciences sociales tournée vers l'étude des questions militaires et de sécurité, au sens le plus large. Elle bénéficie du soutien de la Geneva School of Governance.
 
En plus de ses deux numéros annuels réguliers, Res Militaris publie des numéros thématiques hors-série au rythme d'une, deux ou trois livraisons par an. À ce titre, depuis 2015, la revue édite notamment des numéros à thème proposés par le Groupe Européen de Recherche sur les Armées et la Société (ERGOMAS), faisant ainsi office, pour cette association scientifique, de vecteur officiel de publication.
Image
Image
Image
Saut de ligne
RES MILITARIS - Revue européenne d'études militaires
Saut de ligne
Current issue - Numéro en cours
ERGOMAS Issue n°5 | Recruitment & Retention, Part 2
Saut de ligne
RES MILITARIS - European Journal of Military Studies
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Contents of this issue

The present ERGOMAS issue of Res Militaris, guest-edited by Tibor Szvircsev Tresch and Eva Moehlecke de Baseggio, is the second devoted to a presentation of works produced by the association's Working Group on Recruitment and Retention.
 
It offers articles on Spain, Belgium, Germany, Israel, Denmark, Taiwan and Sweden. Four of them (the first and last two) examine how, why, with what results and institutional impact contemporary armed forces seek to recruit their rank and file in part from hitherto underrepresented groups such as foreign residents and ethnic-cultural minorities. The other three have more varied topics : while the German article deals with the problems raised by the retention of medical officers, the Israeli contribution is devoted to perceptions of and discourses on conscription among youths, and the Danish piece probes the changes that have affected recruitment and retention policy in Denmark against the backdrop of retrenchment, numerous overseas missions, and problematic civil-military relations.
     
All of these articles but one (on Israel) provide profound insights into the way the now dominant all-volunteer organizational format functions, but they occasionally also reveal passim local changes that resonate with others of the same nature elsewhere, and raise questions as to its future.
 
One such, to be found in the Swedish article's conclusion, relates to the reintroduction of conscription in Sweden this year. This comes on the heels of similar decisions in Ukraine (2014) and Lithuania (2015). These developments have so far passed unnoticed or failed to be taken seriously by social scientists - it is easy to explain them away as resulting from Russia's new aggressive posture on its western borders or approaches. The tacit reasoning behind such manifest lack of attention seems to be that those countries are too few, and either too small or too peripheral, to start a new master trend : a swallow does not a summer make. Yet, there are other signs that a counter-trend may be brewing.

To cite but one, France's Emmanuel Macron has announced the appointment of a presidential committee to explore the feasibility of reinstating a universal draft of short duration. Now, France does not feel directly threatened by resurgent Russia, and while it faces serious terrorist risks, its defence and security institutions would be hard put to it to house, clothe, feed, train some 600,000 recruits a year, and find other than make-work jobs for all of them. The apparent aim is to beef up operational reserves soon to be unified into a single “National Guard” catering for Army, Navy, Air Force, Gendarmerie and Police reserve needs. The conclusion one can derive from such a plan - if it materializes - is thus that over and beyond a revival of citizenship values, the reinstated obligation to serve is intended to generate a larger flow of selected volunteers to reserve (and possibly active-duty) formations.

This draws attention to the fact that in the minds of their initiators, such moves do not signal a return to the mass armed force of yesteryear. They rather point to the rise of “conscripted volunteers” or “volunteering conscripts” generated by draft systems that were hard to imagine a generation ago, where only those whose skills are needed, and who show willing to serve on the basis of material and symbolic, immediate or deferred rewards, will actually be inducted. (A system of that sort has been in existence for years in Denmark). Another central trait of this hypothetically nascent trend is its gender neutrality : women are subjected to the new draft on the same terms as men, as is now the case in Norway and Sweden (and probably will be the case in France).

Such traits signal that, among possible contributing factors to this emergent phenomenon, sociopolitical drivers are at least as important as strategic threats. Whereas perceptions of threat are largely influenced by geographic location, the same variability does not affect individualized outlooks, rejection of sheer institutional constraints, a revivified desire to serve the common good, and a passion for gender equality - all now widely shared at least in the Western world, broadly defined. It is no doubt too early to determine if, based on such cross-national appeal, this incipient trend will solidify and catch on or not. But social scientists would probably be well-advised to lend attention to it, and confer on that idea the status of a heuristic working hypothesis for the future.
    
Bernard Boëne
Saut de ligne

Présentation du numéro
 
La présente livraison étiquetée ERGOMAS de Res Militaris, intégralement anglophone et placée sous la direction éditoriale de Tibor Szvircsev Tresch et Eva Moehlecke de Baseggio, est la seconde consacrée à des travaux récents du Groupe de Travail "Recrutement et fidélisation des personnels militaires" au sein de l'association.

Elle offre des articles portant sur l'Espagne, la Belgique, l'Allemagne, Israël, le Danemark, Taïwan et la Suède. Quatre d'entre eux (les deux premiers et les deux derniers) focalisent sur l'intérêt que manifestent les armées professionnelles contemporaines, afin de garnir leurs rangs, pour des groupes sociaux jusque-là sous-représentés en leur sein : résidents étrangers et/ ou minorités culturelles, et s'interrogent sur les raisons, la manière, les résultats et l'impact institutionnel d'une telle pratique. Les trois autres ont des sujets plus variés : là où l'article allemand traite de la fidélisation des officiers du Service de santé de la Bundeswehr, la contribution israélienne porte sur les perceptions et les discours que suscite la conscription parmi les jeunes Israéliens, et l'article danois examine les changements qui affectent les politiques de recrutement et de fidélisation au Danemark, dans un contexte de réductions des effectifs et des ressources, d'opérations extérieures nombreuses, et de rapports civilo-militaires tendus.

Tous (sauf un : celui sur Israël) nous livrent des aperçus fouillés sur la manière dont fonctionnent les armées intégralement professionnelles dominantes aujourd'hui. Mais il leur arrive aussi de dévoiler au passage, sans s'attarder, des évolutions locales qui entrent en résonance avec d'autres de même nature ailleurs, et posent question quant à leur avenir.

C'est le cas, dans la conclusion de l'article suédois, du retour à la conscription en Suède, voté et entré en application cette année. Cette inflexion en suit d'autres du même genre en Ukraine (2014) et Lituanie (2015). De telles évolutions sont jusqu'ici passées inaperçues, ou restées sans écho, parmi les spécialistes des sciences sociales “militaires” : peut-être parce qu'elles semblent n'être qu'une réaction à la nouvelle posture agressive de la Russie sur ses frontières ou approches occidentales. Le raisonnement implicite qu'on détecte derrière cette absence manifeste d'intérêt paraît être que les pays concernés sont trop peu nombreux, et trop petits ou trop périphériques, pour qu'on puisse considérer qu'il y a là le point de départ d'une nouvelle tendance maîtresse : une hirondelle ne fait pas le printemps. Pourtant, les signes d'une telle contre-tendance s'accumulent ailleurs.

Pour n'en citer qu'un, le nouveau chef de l'État français annonce la création d'une commission présidentielle chargée d'examiner la faisabilité de son projet de service militaire universel de courte durée. Or, la France n'est pas directement menacée par l'activisme russe, et si elle fait face à de risques terroristes sérieux, ses institutions de défense et de sécurité auraient le plus grand mal à loger, habiller, nourrir, encadrer 600 000 nouvelles recrues tous les ans, et à trouver pour toutes et tous des missions utiles sous l'uniforme. Le but est semble-t-il de renforcer des réserves opérationnelles bientôt unifiées au sein d'une “Garde nationale” couvrant les besoins en effectifs de complément des armées de Terre, de Mer et de l'Air, mais encore de la Gendarmerie et de la Police nationale. La conclusion qu'on peut donc en tirer est que - s'il devient réalité - un tel projet de retour au principe d'une obligation de servir sous les armes traduit essentiellement, au-delà d'un renouveau des valeurs associées à la citoyenneté et ses devoirs, le besoin de canaliser un plus grand nombre de volontaires vers les réserves de manœuvre (et peut-être même vers les forces d'active).

Ceci attire l'attention sur le fait que dans l'esprit de leurs concepteurs, ces initiatives n'ont aucunement pour objet un retour aux armées de masse d'antan. Elles signalent plutôt l'arrivée sur la scène militaire de l'“appelé volontaire” ou de l'“engagé appelé”, produit par des systèmes de conscription qu'il semblait difficile d'imaginer il y a une génération, où seuls servent, parmi ceux qui y consentent sur la base d'avantages matériels ou symboliques, immédiats ou différés, les jeunes dont les qualifications répondent à des besoins des armées. (Un tel système existe au Danemark depuis des années). Un autre trait central de cette hypothétique nouvelle tendance est que le service militaire n'y est plus genré : jeunes femmes et jeunes hommes l'effectuent sur un pied d'égalité, comme c'est déjà le cas en Norvège et en Suède (et comme ce le sera plus que certainement en France).

Ces traits suggèrent que parmi les facteurs qui la sous-tendent, les considérations sociopolitiques sont au moins aussi importantes que les menaces stratégiques. Alors que la perception de menaces est largement conditionnée par la géographie, ce n'est le cas ni de l'individualisation, du rejet des contraintes institutionnelles imposées, du désir remis en selle de servir le Bien commun, ni de la passion de l'égalité des sexes, qui ignorent les frontières et sont largement diffusés dans l'ensemble du monde occidental ou assimilé. Et s'il est sans doute trop tôt pour affirmer sans risque de se tromper que cette tendance naissante va s'amplifier et finir par s'imposer un peu partout, les spécialistes des sciences sociales seraient bien inspirés de lui prêter attention, et d'en faire une hypothèse de travail heuristique pour l'avenir.
    
     
Bernard Boëne
 
Saut de ligne
Image
RES MILITARIS
Saut de ligne