Traitement en cour, merci de patienter...
Traitement en cour, merci de patienter...
Saut de ligne
Image
RES MILITARIS - Revue européenne d'études militaires - European Journal of Military Studies
Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Search this journal
Recherche
Saut de ligne
Séparateur

Current issue
Numéro en cours

Image
Séparateur

Access previous issues
Archives

Image
Séparateur

RES MILITARIS

Image
Séparateur

E-mail alerts

If you wish to be notified of the next issue of Res Militaris as soon as it comes on line, please specify your e-mail address.
Image
Image
Saut de ligne

Alerte

Soyez informé dès la parution d'un nouveau numéro de Res Militaris.
Image
Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Séparateur

RSS feeds - Flux de syndication

Image
Image
Séparateur

For potential contributors - Instructions aux contributeurs potentiels

Image
Séparateur
Image
Geneva Foundation for Governance & Public Policy
Geneva Foundation for Governance and Public Policy
Logo GGSG
The Geneva Graduate School of Governance
Image
Saut de ligne

ISSN° 2265-6294

Saut de ligne
Saut de ligne
RES MILITARIS - Revue européenne d'études militaires
Saut de ligne
Image
Previous Volume - Numéro précédent
Image
Next Volume - Prochain numéro
Vol. 1, n° 1 | Autumn - Automne 2010
RES MILITARIS - European Journal of Military Studies
Saut de ligne
Image
Image
Image
Image
Return content - Retour au sommaire
Séparateur
À la recherche d’un nouveau paradigme opérationnel en Afghanistan
Michel Goya, Camille Sicourmat
Séparateur
Saut de ligne
Saut de ligne
Séparateur

Abstract - Résumé

Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Séparateur
Séparateur
Le succès de l'offensive de la coalition en Afghanistan au cours de l'hiver 2001-2002 a rapidement été suivi d'une recrudescence des violences, particulièrement manifeste en 2006. La contamination du Pakistan par les radicaux islamistes et l'efficacité de l'insurrection auxquelles la coalition fait désormais face ne peuvent plus être ignorées. Le problème posé par la culture de l'opium afghan fragilise l'autorité de l'état afghan, qui peine à constituer un partenaire solide pour la coalition. Au sein de cette dernière, l'accumulation des pertes, l'absence de résultats probants, le coût de l'engagement, la lassitude possible des opinions publiques des États engagés suscitent alors des craintes. Sur le terrain, les restrictions à l'emploi de la force, les moyens mobilisés ou encore les méthodes utilisées sont autant d'objets de débat entre contingents de la coalition, voire au sein de l'OTAN.
Face à cette situation de blocage, la coalition a mis en œuvre des initiatives militaires et politiques qui font de l'Afghanistan un véritable ‘laboratoire' des opérations de contre-insurrection. La mobilisation croissante de civils sur le théâtre dans le cadre de l'approche globale, la prise en compte de la dimension régionale du conflit ou encore la recherche de nouvelles méthodes tactiques sont autant de premières adaptations. Bien vite pourtant, la persistance des difficultés a exigé de dépasser ces ajustements à la marge et de recourir à un effort massif. Forts de ce constat, l'administration Obama et le commandement des forces de l'OTAN en Afghanistan élaborent une nouvelle stratégie en 2009.
L'inefficacité de la puissance militaire occidentale dans les conflits insurrectionnels tels que l'Afghanistan impose une réflexion sur la forme de notre engagement. L'expérience afghane aboutit à la proposition d'un nouveau modèle de contre-insurrection : engagement massif sur des objectifs limités de protection de la population et de soutien à l'État afghan le temps que celui-ci soit capable de prendre en charge lui-même la sécurité.


The successful offensive by the coalition in Afghanistan during the winter of 2001-2002 was soon followed by increased violence, particularly manifest during 2006. The growing influence of Islamist radicals in Pakistan and the insurgency's effectiveness could no longer be ignored. The Afghan State, whose authority was weakened by illicit opium production and trade, did not amount to much of a reliable partner. Within the coalition, rising losses, the absence of convincing results, the costs incurred, and the prospect of possible public opinion revulsion on domestic scenes now generated fears. In the field, the restrictions placed on the use of force, allocation of assets and operational methods became topics of heated debates among national contingents, and even within the NATO structure.
In the face of such an impasse, the coalition came up with a number of military and political initiatives, turning Afghanistan into a ‘laboratory' for counter-insurgency experiments. Adjustments were introduced as part of a comprehensive concept: civilians were increasingly mobilized, closer attention was paid to the regional dimension as well as to alternative tactics. Yet, the persistence of difficulties soon suggested that such adjustments were not enough, and a more massive effort was required. On the strength of such assessments, 2009 saw the Obama administration develop a new strategy in cooperation with NATO's command structure.
If the ineffective use of Western military power in counter-insurgency operations on theatres of armed conflict such as Afghanistan is to be remedied, a major reconsideration of our commitment is in order. The Afghan experience leads to the proposal of a new counter-insurgency model, in terms of concentrated efforts on limited objectives: protect the population, support the Afghan State until such time as it is in a position to look after its own security.
 
 
Mots-clés
Guerre en Afghanistan ; stratégie américaine ; contre-insurrection ; adaptation des forces ; guerre contemporaine.
 
Keywords
War in Afghanistan; US strategy; counter-insurgency; force adaptation; contemporary warfare.
 
 
Citation
Goya, Michel & Camille Sicourmat, “À la recherche d'un nouveau paradigme opérationnel en Afghanistan”, Res Militaris, an on-line social science journal, vol. 1, n° 1, Autumn/Automne 2010.
Séparateur
Saut de ligne
Séparateur

Author(s) - Auteur(s)

Saut de ligne
Top - Haut
Séparateur
Séparateur
Le colonel Michel Goya est directeur des études sur les nouveaux conflits à l’Institut de recherche stratégique de l’École Militaire (IRSEM).
Camille Sicourmat est doctorante à l’Université d’Auvergne, où elle prépare une thèse sur le retour d’expérience des forces françaises déployées en Afghanistan.

Col. Michel Goya, French Army, heads the New Conflict Research Section, Institut de Recherche Stratégique de l'École Militaire (IRSEM), Paris.
Camille Sicourmat is a Ph.D. candidate at the Université d’Auvergne. Her thesis deals with the lessons learnt by French troops deployed to Afghanistan.
Séparateur
Image
RES MILITARIS
Saut de ligne