Traitement en cour, merci de patienter...
Traitement en cour, merci de patienter...
Saut de ligne
Image
RES MILITARIS - Revue européenne d'études militaires - European Journal of Military Studies
Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Search this journal
Recherche
Saut de ligne
Séparateur

Current issue
Numéro en cours

Image
Séparateur

Access previous issues
Archives

Image
Séparateur

RES MILITARIS

Image
Séparateur

E-mail alerts

If you wish to be notified of the next issue of Res Militaris as soon as it comes on line, please specify your e-mail address.
Image
Image
Saut de ligne

Alerte

Soyez informé dès la parution d'un nouveau numéro de Res Militaris.
Image
Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Séparateur

RSS feeds - Flux de syndication

Image
Image
Séparateur

For potential contributors - Instructions aux contributeurs potentiels

Image
Séparateur
Image
Logo GSG
The Geneva School of Governance
Image
Saut de ligne

ISSN° 2265-6294

Saut de ligne
Saut de ligne
RES MILITARIS - Revue européenne d'études militaires
Saut de ligne
Image
Previous issue - Numéro précédent
Image
Next issue - Numéro suivant
Vol. 3, n°1
Autumn - Automne 2012
Saut de ligne
RES MILITARIS - European Journal of Military Studies
Saut de ligne
Image
Image
Image
Image
Return to content - Retour au sommaire
Séparateur
La logique symbolique des guerres civiles
Thomas Lindemann
Séparateur
Saut de ligne
Saut de ligne
Séparateur

Description

Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Séparateur
Séparateur
Résumé
 
Cet article attribue l'intensité des guerres civiles (définie par le nombre de personnes tuées rapporté à la population globale) moins à des logiques stratégiques ou économiques qu'aux dynamiques émotionnelles déclenchées par des discriminations politiques, économiques ou culturelles. L'apport principal de l'étude est d'expliquer pourquoi de telles discriminations sont de nature belligène. L'auteur estime que ces discriminations sont sources de conflit moins parce qu'elles privent certains groupes de ressources matérielles que parce qu'elles affectent l'estime de soi des acteurs via la distribution inégalitaire des ressources. Il insiste, en outre, sur les effets belliqueux probables de l'indifférence et du manque d'empathie du pouvoir central envers les minorités, telles qu'exprimées par la négligence grossière dont il fait preuve dans les opérations de secours après une catastrophe naturelle. Enfin, il voit les violences civiles favorisées par un pouvoir mégalomane qui s'estime plus facilement offensé qu'un pouvoir plus démocratique”, ainsi que par l'absence de normes partagées rendant le recours à la violence symboliquement moins coûteux. Selon cette thèse, c'est surtout l'écart entre les identités revendiquées par les acteurs et celles renvoyées par les autres qui peut stimuler le recours à la force armée. Cet écart peut résulter soit du référentiel identitaire des acteurs (par exemple, des images de soi collectives “idéalisées), soit de stimuli externes, c'est-à-dire d'expressions de mépris à leur encontre.

Abstract
 
This article ascribes the intensity of civil wars (defined as the number of persons killed relative to the total population concerned) less to strategic or economic logics than to the emotional dynamics triggered by political, economic or cultural discriminations. Its main goal and contribution is to explain why such discriminations are apt to lead to internal armed conflict. The author contends indeed that they generate violence because the unequal distribution of resources affects the self-esteem of those discriminated against, rather than on account of their sheer material deprivation. In addition, he insists, a central government's indifference and lack of empathy towards minorities, as expressed through egregious negligence during disaster relief operations, are likely to produce “bellicose” effects. Finally, a megalomaniac government, because it is bound to feel more easily offended than a democratic regime, and the lack of shared norms, which renders resort to violence less costly, enhance the chances of conflict. According to the thesis advanced, it is most of all the discrepancy between the identities claimed by actors and those ascribed to them by others that can generate resentment and hostility leading to the use of force. Such discrepancy can result either from a strong identity reference (for instance, “idealized self-images”) on the part of groups, or from “external stimuli”, i.e. expressions of contempt targeted at them.
 
Mots-clés : Guerre civile ; minorités ; discrimination ; régimes ; reconnaissance ; identités ; logique symbolique.

Keywords : Civil war ; minorities ; discrimination ; regimes ; recognition ; identities ; symbolic dimension.

Citation
 
Lindemann, Thomas, “Des dénis de reconnaissance à l'extermination : La logique symbolique des guerres civiles”, Res Militaris, an on-line social science journal, vol.3, n°1, Autumn/ Automne 2012.
Séparateur
Saut de ligne
Séparateur

Author(s) - Auteur(s)

Saut de ligne
Top - Haut
Séparateur
Séparateur
Thomas Lindemann, agrégé de science politique, est professeur à l'Université d'Artois, et membre du CERAPS de Lille-II. Il enseigne également à Sciences Po Paris et à Paris I. Il a récemment publié The International Politics of Recognition (Boulder, CO, Paradigm Publishers, Yale Series, 2012, avec Erik Ringmar), La guerre (Paris, Armand Colin, 2010) et Causes of War (Colchester, ECPR, 2010).

Dr. Thomas Lindemann is professor of political science at the University of Artois. He also teaches at Sciences Po Paris and the University of Paris-I. He recently published The International Politics of Recognition (Boulder, CO, Paradigm Publishers, Yale Series, 2012, co-authored by Erik Ringman), La guerre (Paris, Armand Colin, 2010), and Causes of War (Colchester, ECPR, 2010).
Séparateur
Image
RES MILITARIS