Traitement en cour, merci de patienter...
Traitement en cour, merci de patienter...
Saut de ligne
Image
RES MILITARIS - Revue européenne d'études militaires - European Journal of Military Studies
Image
Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Saut de ligne
Search this journal
Recherche
Saut de ligne
Séparateur

Current issue
Numéro en cours

Image
  • Vol.7, n°2 |Summer-Autumn/ Été-Automne 2017
Séparateur

Access previous issues
Archives

Image
Séparateur

RES MILITARIS

Image
Séparateur

E-mail alerts

If you wish to be notified of the next issue of Res Militaris as soon as it comes on line, please specify your e-mail address.
Saut de ligne

Alerte

Soyez informé dès la parution d'un nouveau numéro de Res Militaris.
Saut de ligne
Saut de ligne
Séparateur

RSS feeds - Flux de syndication

Image
Image
Séparateur
Image
Séparateur
Image
Logo GSG
The Geneva School of Governance
Image
Saut de ligne

ISSN° 2265-6294

Saut de ligne
Saut de ligne
RES MILITARIS - Revue européenne d'études militaires
Saut de ligne
Image
Previous issue - Numéro précédent
Image
Next issue - Prochain numéro
Vol.7, n°2
Summer-Autumn/ Été-Automne 2017
Saut de ligne
RES MILITARIS - European Journal of Military Studies
Saut de ligne
Image
Image
Image
Image
Image
Return to contents - Retour au sommaire
Séparateur
How Does Norway's Radical Attempt to Integrate Women in the Military Work ?
Nina Rones
Séparateur
Saut de ligne
Saut de ligne
Séparateur

Description

Saut de ligne
Saut de ligne
Image
Séparateur
Séparateur
Abstract
  
Gender-mixed rooms have been introduced to ease the integration of female soldiers into the Norwegian Armed Forces. Previous research has claimed that this facilitates a comprehensive exposure to the opposite gender that diminishes gender-stereotypical behaviour and differences, whereas separation in single-sex groups creates sharp distinctions and less understanding between the two genders. Based on two year-long ethnographic studies with contrasted findings, this article challenges these claims. It shows how gender-mixed training and living for non-commissioned medical officers paved the way for a traditional gendered division of internal labour, which hampered both men and women from developing real skills and full confidence in tasks where the opposite gender was in authority. This laid the foundation for a gendered power struggle, and contributed to experience-based anecdotes that “confirmed” that women were not able to undertake military tasks. The article further shows how the Norwegian Special Operations Command's all-female training programme provided women with a space to develop skills in military tasks without being judged or overrun by men. This access to unobstructed learning contributed to stories of women as capable and highly competent in military tasks. Accordingly, it is argued that a time-limited separation into single-sex training-groups can be a fruitful pedagogical method for breaking up traditional sex roles. On the other hand, introducing all-encompassing gender-mixed groups as a structural “exposure treatment”, without addressing culturally acquired gendered role expectations, carries the risk of establishing “married life” relations, with a restraining job segregation that does not exist in all-male forces, and may just as easily confirm negative prejudices towards women as change them.

Résumé
  
Des dortoirs mixtes sont le moyen adopté par les armées norvégiennes pour faciliter l'intégration des femmes militaires en leur sein. La recherche disponible soutient qu'en les exposant ainsi de manière large au genre opposé, on réduit l'incidence des stéréotypes de genre en matière de comportements et différences, tandis que la séparation crée des distinctions tranchées et déprime la compréhension mutuelle entre les deux genres. Le présent article prend le contrepied de ces affirmations en se fondant sur les résultats contrastés de deux études ethnographiques d'un an chacune. Il montre que la mixité de la formation et du cadre de vie de futurs sous-officiers féminins du Service de santé invite à une division genrée du travail traditionnelle, qui empêche hommes et femmes d'acquérir de réelles compétences et d'instituer une pleine confiance mutuelle lorsque le pouvoir de définir des normes est aux mains du genre opposé. Ceci sert de fondement à des luttes de pouvoir entre les genres, et conduit à des expériences tendant à accréditer des anecdotes qui “confirment” l'incapacité des femmes à mener à bien les tâches militaires qui leur sont assignées. L'article montre encore qu'au contraire la formation à 100% féminine mise en œuvre au sein du Commandement norvégien des Opérations Spéciales a ménagé aux femmes un espace où elles peuvent développer leurs compétences militaires sans être jugées ou dépassées par les hommes. Le fait d'apprendre sans obstruction aucune produit d'autres anecdotes montrant des femmes tout aussi capables et compétentes que les hommes dans l'accomplissement de tâches militaires. Sur cette base, l'auteure avance qu'une séparation des sexes pendant au moins une partie de la formation militaire est pédagogiquement de nature à contrebattre les rôles genrés traditionnels. Qui plus est, recourir à des groupes mixtes dans l'ensemble de la formation dans le but de les exposer structurellement à la présence du genre opposé sans se préoccuper des attentes de rôle sexués induites par la culture fait courir le risque de voir émerger des relations “de couple marié” tout comme une ségrégation dans l'emploi sans équivalent chez les hommes, et qui peuvent tout aussi bien confirmer les préjugés négatifs envers les femmes que les faire évoluer.
 
Keywords : Norway ; armed forces ; female soldiers ; gender equality ; gender-mixed rooms ; gendered division of labour ; single-sex training ; men's and women's roles.

Mots-clés : Norvège ; armées ; femmes militaires ; égalité des sexes ; cadre de vie mixte ; formation unigenrée ; division du travail entre les sexes ; rôles masculins et féminins.

Citation
 
Rones, Nina, “Gender-Mixed Army Dorm Rooms, 50% Women and All-Female Special Forces Training : How Does Norway's Radical Attempt to Integrate Women in the Military Work ?”, Res Militaris, an online social science journal, vol.7, n°2, Summer-Autumn/ Été-Automne 2017.
Séparateur
Saut de ligne
Séparateur

Author(s) - Auteur(s)

Saut de ligne
Top - Haut
Séparateur
Séparateur
Dr. Nina Rones is a senior military sociologist at the Norwegian Defence Research Establishment, Kjeller, Norway.

Nina Rones , sociologue, est maître de recherche à l’Institut de Recherche de la Défense, Kjeller, Norvège.
Séparateur
Image
RES MILITARIS
Image
Saut de ligne
              © Association Res Militaris
Image
Saut de ligne