Res Militaris

ISSN : 2265-6294

The Eyes of the State : The See-Shoot System, Border Surveillance, and Nintendo Warfare

Chava Brownfield-Stein

Description

 Abstract
 
“The eyes of the State” is a phrase first used at the end of the 1973 war by infantryman Benny Massas, interviewed in a TV report after the battle that reclaimed Mount Hermon on the border between Israel, Syria and Lebanon. It became one of the national verbal icons for the highest Golan Heights mountain, which enables strategic observation far into neighbouring States and monitoring the border. “I am the eyes of the State”, said Noam Lazarovich in a 2011 press interview referring to her military role as an electronic observer operating the See-Shoot system deployed along the Southern border of Israel with the Gaza Strip. This article focuses on that particular system to examine how technological and tactical changes reconstruct the concept of “border control”, in turn affecting surveillance techniques, military strategy and military users. It traces the shift from traditional defensive and offensive combat strategies that involve mutual risk of injury and death, symmetrical fighting, and territorial conquest, to a strategy of “prevention through deterrence” – a preventive policing approach which involves riskless warfare, screen-mediated remote border control operated by combat support women soldiers such as Lazarovich. The author deals lastly with the relations between the gaming and military industries, and between military simulations and military gaming. It concludes by pointing to the relations between visuality, violence and pleasure embedded in border control weapon systems and contemporary warfare and to their ethical implications.

Résumé  
 
“Les yeux de l’État” est une expression utilisée pour la première fois à la fin de la guerre de 1973 par le fantassin Benny Massas, dans un reportage télévisé après la reconquête du mont Hermon, à la frontière entre Israël, la Syrie et le Liban. Devenue véritable icône verbale, elle désigne la plus haute montagne du Golan, qui permet l’observation stratégique loin dans la profondeur des États voisins, et la surveillance de la frontière. “Je suis les yeux de l’État” a déclaré Noam Lazarovich lors d’un entretien avec la presse en 2011, faisant référence à son rôle militaire d’observatrice électronique gérant le système See-Shoot déployé le long de la frontière sud d’Israël avec la bande de Gaza. L’article se concentre sur ce système particulier pour examiner comment les changements technologiques et tactiques reconstruisent le concept de “contrôle des frontières”, et affecte à leur tour les techniques de surveillance, la stratégie et les utilisateurs militaires. Il retrace le passage des stratégies de combat défensives et offensives traditionnelles, impliquant risques de blessure et de mort des deux côtés, combats symétriques et conquêtes territoriales, à une stratégie de “prévention par la dissuasion” – approche de type policier, qui n’engage qu’à une guerre sans risque, un contrôle des frontières à distance par écran interposé, mis en œuvre par des femmes militaires servant, comme Lazarovich, dans les armes d’appui. L’auteure traite pour finir des relations entre l’industrie du jeu vidéo et l’industrie militaire, et entre les simulations militaires et les jeux de guerre virtuelle. Elle conclut en soulignant les relations entre la dimension visuelle, la violence et le plaisir inhérents aux systèmes d’armes mis en œuvre dans le contrôle des frontières et la guerre contemporaine, ainsi que leurs implications éthiques.

Keywords : Israel ; Gaza Strip ; border surveillance and control ; sovereignty ; strategy ;  remote-control weapons systems ; military simulators ; virtual military gaming ; ethical implications.

Mots-clés Israël ; Bande de Gaza ; surveillance et contrôle des frontières ; souveraineté ; stratégie ; systèmes d’armés contrôlés à distance ; simulations militaires ; jeux vidéo de guerre ; implications éthiques.

Citation
  
Brownfield-Stein, Chava, “The Eyes of the State : The ‘See-Shoot’ Weapons System, Border Surveillance, and Nintendo Warfare”, Res Militaris, an online social science journal, ERGOMAS issue n°6, March 2019.

Author(s) – Auteur(s)

Dr. Chava Brownfield-Stein is senior lecturer and head of the master programme in Arts Education at Beit Berl College. Her research interests include gender, photography, militarism, and memory studies. Her current research is focusing on visual technologies, high-tech military equipment and gender.

Chava Brownfield-Stein est maître de conférences et directrice des masters d’éducation artistique au Collège universitaire de Beit Berl. Ses centres d’intérêt comprennent les questions de genre, la photographie, le militarisme et les études de mémoire historique. Ses travaux en cours portent sur les technologies visuelles, les équipements militaires de haute technologie, et le genre.
 
Previous Post Next Post